Demandez un devis

01 47 04 o25 40

Contactez notre avocat divorce
Cliquez ici pour un rappel gratuit immédiat

La médiation familiale: Attitude d'ouverture et de reconstruction familiale

La médiation familiale: Attitude d'ouverture et de reconstruction familiale


LA MÉDIATION FAMILIALE


NOUS INTERVENONS DANS TOUTE LA FRANCE Notre cabinet à Paris:42 Rue de Lübeck, 75116 Paris 01 47 04 25 40

Avocat Divorce médiation familiale

Épreuve douloureuse, le divorce est synonyme de lourdes conséquences pour l’ensemble de la famille. De plus en plus fréquent, il alimente des sentiments de rancœur, de culpabilité et d’échec. C’est pourquoi la médiation familiale se doit d’être encouragée avant toute procédure de divorce contentieuse. Elle permettra de dépassionnaliser le divorce en purgeant les conflits antérieurs afin de tempérer les dissensions à venir.



L’article 255 alinéa 1 et 2 du Code civil dispose que « Le juge peut notamment :

    1° Proposer aux époux une mesure de médiation et, après avoir recueilli leur accord, désigner un médiateur familial pour y procéder ;
    2° Enjoindre aux époux de rencontrer un médiateur familial qui les informera sur l'objet et le déroulement de la médiation ».

Sur ce point, l’institut des hautes études sur la justice (IHEJ) considère que « le juge doit être au cœur de la cité mais entouré d’une cité plus ouverte et plus active, de citoyens plus responsables qui ont pris en charge leurs propres conflits plus qu’ils ne le font aujourd’hui ».

Avocat Divorce Articles

Article lié: Les enfants et le divorce

L’autorité parentale est de principe accordée aux deux parents c’est-à-dire que les grandes décisions concernant l’enfant doivent être prises ensemble (scolarité, religion, santé, …). L’autorité parentale est exceptionnellement accordée à un seul parent lorsque l’autre parent est violent, dangereux, instable. (...) suite de l'article

Il est vrai que le monde juridique est souvent perçu, à tort ou à raison, comme un univers déshumanisé, voire mécanique. Casser cette image, favoriser la médiation, permettrait de transcender le conflit par le verbe et la parole. La justice se doit d’être à la hauteur des préceptes tant inculqués sur les bancs des Facultés. Outil essentiel, elle est un facteur de règlement plus ou moins paisible des conflits familiaux. Dans la pratique, favoriser la rencontre avec un médiateur avant l’ouverture de la procédure ne peut que réduire le nombre de divorces contentieux, instances complexes et couteuses, voire même faciliter la réconciliation.

Une meilleure entente est appréciable, en particulier lorsqu’il s’agit de convenir d’un mode de garde pour l’enfant. Car, ce n’est que situation trop fréquente où les époux se focalisent sur leurs propres ressentis.

La médiation a également pour objectif de faire prendre conscience de la nécessité de l’enfant à s’épanouir dans un environnement propice à son développement.

Rappelons que l’article 372 du Code civil dispose que « les père et mère exercent en commun l'autorité parentale ». Dans l’hypothèse d’une séparation, cet exercice est « sans incidence », les parents étant dans l’obligation de « maintenir des relations personnelles avec l’enfant ». Dans certains cas, l’intérêt de l’enfant n’est alors préservé que par l’interaction des époux avec un professionnel.

Ainsi, la médiation possède cet avantage de réduire le nombre de divorce contentieux tout en instaurant un cadre de vie davantage propice aux développements personnels de l’enfant.
Humanisant autant faire se peut le monde judiciaire, elle dépassionalise le divorce et compense le peu d’interaction entre le juge et les parties.

Encore plus vrai pour un divorce par consentement mutuel, le juge ne fait que vérifier si la convention respecte les attentions des époux. Il est très rare qu’il alimente une quelconque discussion constructive et ce, parfois, au détriment d’un des époux qui n’ose imposer ses ressentis auprès de l’avocat. Ce dernier s’entretien certes avec les deux parties, il n’en reste pas moins que quelquefois les non-dits et les rancœurs nourrissent les conflits ultérieurs.

Une attitude d’ouverture et de reconstruction familiale serait donc de mise !

Partager Twitter Plus

Articles liés

Que faire si son conjoint est dans le besoin pendant la procédure de divorce?

Que faire si son conjoint est dans le besoin pendant la procédure de divorce? CONJOINT DANS LE BESOIN DURANT UN DIVORCE Bon à savoir : Les époux se doivent...

Combien coûte un rachat de soulte ?

Combien coûte un rachat de soulte ? RACHAT DE SOULTE DURANT UN DIVORCE Pour comprendre le rachat de soulte et savoir combien cela coûte, il faut tout d’abord...

La résidence principale : Définition et principes

La résidence principale : Définition et principes RÉSIDENCE PRINCIPALE ET DIVORCE Dans le cadre d’une procédure de divorce, les parents doivent s’entendre sur la...

L'intérêt de l'enfant et le pouvoir de juger

L'intérêt de l'enfant et le pouvoir de juger JUGER DE L'INTÉRÊT DE L'ENFANT « Maman, papa m’a dit que je n’allais plus te voir, c’est vrai ? » « Je veux voir papa...

Les mesures provisoires lors d'un divorce

Les mesures provisoires lors d'un divorce MESURES PROVISOIRES ET DIVORCE Les mesures provisoires sont des mesures ordonnées par le juge, elles peuvent être modifiées...

Le cabinet Gueguen-Carroll

Vous informe et vous conseille 

Vous assiste devant les tribunaux 

Reste disponible et à votre écoute 

Intervient dans toute la France 

Vous offre des facilités de paiement

Contactez un avocat - Facebook - YouTube - Google+

Intervention dans toute la France