Demandez un devis

06 87 23 o15 53

Contactez notre avocat permis
Rappel gratuit immédiat

La rétention du permis de conduire : tout savoir !

Les forces de police ou de gendarmerie peuvent dans certains cas et à certaines conditions procéder à la rétention du permis de conduire. Ils peuvent ainsi retenir le permis de conduire du conducteur contrôlé quand :

  • les épreuves de dépistage d’alcoolémie ou d’usage de stupéfiants sont positives,
  • il existe une raison de soupçonner que le conducteur a fait usage de stupéfiants,
  • le conducteur a refusé de se soumettre aux vérifications destinées à établir la preuve de l’état alcoolique ou de l’usage de stupéfiants,
  • les vérifications destinées à établir la preuve de l’état alcoolique (examens et analyses médicaux, chimique ou biologiques) ont permis d’établir la conduite du conducteur sous l’emprise d’un état alcoolique,
  • une infraction de conduite d’un véhicule en état d’ivresse manifeste a été constatée,
  • un excès de vitesse supérieur à 40 km/h a été constaté.

La décision de retenir le permis de conduire donne lieu à un avis de rétention, qui doit immédiatement être remis au conducteur et indiquer le Service auprès duquel il pourra récupérer son permis de conduire. Si le conducteur ne peut présenter son permis de conduire, il doit le remettre aux agents dans le délai de 24 heures. Cet avis de rétention est valable 72 heures à compter du moment auquel il est établi. Cette rétention permet au représentant de l’Etat dans le département, soit le Préfet, de décider, au titre de ses attributions de sécurité publique, d’édicter un arrêté préfectoral de suspension provisoire du permis de conduire, d’une durée maximale de 6 mois.

La durée de la suspension peut atteindre 1 an en cas d’infraction d’atteinte involontaire à la vie ou à l’intégrité physique susceptible d’entraîner une incapacité temporaire de travail, d’infraction de conduite en état d’ivresse ou sous l’empire d’un état alcoolique, de délit de fuite. Les Préfectures peuvent par ailleurs fixer des barêmes de durée de suspension en fonction des infractions. A l’issue de ce délai de 72 heures, le permis de conduire est tenu à disposition de l’intéressé dans les 12 heures suivantes. Au-delà de cette période, le permis de conduire doit être restitué à son titulaire par courrier recommandé avec demande d’avis de réception s’il en fait la demande lorsqu’aucune mesure de suspension n’a été prise.

Il est donc conseillé de se rendre à la Préfecture détenant le permis de conduire à l’issue du délai de 72 heures afin de demander restitution du permis de conduire. Si le Préfet a pris un arrêté préfectoral de suspension provisoire du permis de conduire, ce dernier ne sera pas restitué à son titulaire. Si en revanche aucune décision de suspension n’a été prise, le permis de conduire doit lui être restitué sans délai.

EN SAVOIR +: LES QUESTIONS LES PLUS FRÉQUENTES

NOUS INTERVENONS DANS TOUTE LA FRANCE Notre cabinet à Paris:42 Rue de Lübeck, 75116 Paris 01 47 04 25 40 // Notre cabinet au Havre: 1, rue Joseph Morlent 76600 Le Havre - 02 35 45 31 06

Partager Twitter Plus

Articles liés

La constatation automatisée de franchissement de feux rouges

Les radars de feux sont installés sur les feux tricolores et constatent, en prenant des clichés photographiques, l’infraction de non-respect de l’arrêt absolu imposé...

L’annulation du permis de conduire en cas de récidive d’alcoolémie est conforme à la Constitution

Les sages de la rue Montpensier ont été saisis le 9 juillet 2010 par la cour de cassation d’une question prioritaire de constitutionnalité relative à l’annulation...

Permis de conduire : une décision inédite du Conseil constitutionnel !

Le Conseil constitutionnel, par sa décision en date du 11 juin 2010, a considéré que les peines automatiques étaient contraires à la constitution et notamment au...

La procédure de référé suspension

La procédure de référé suspension est la seule et unique manière de solliciter en urgence de la part du Juge une autorisation de conduire malgré l’invalidation du...

Ethylotest obligatoire à compter du 1er juillet 2012 : notre avis.

Un décret en date du 1er mars 2012 rend la détention d'un éthylotest obligatoire pour tout conducteur d'un véhicule terrestre à moteur et d'un cyclomoteur 2 ou 3 roues...

Le cabinet Gueguen-Carroll

Vous informe et vous conseille 

Vous assiste devant les tribunaux 

Reste disponible et à votre écoute 

Intervient dans toute la France 

Vous offre des facilités de paiement


Contactez un avocat - Facebook - YouTube - Google+

Intervention dans toute la France