Demandez un devis

Contactez notre avocat permis
Rappel gratuit immédiat

L'infraction de conduite après usage de stupéfiants non conforme à la Constitution

La cour de cassation vient d'être saisie d'une Question Prioritaire de Constitutionnalité transmise par le Tribunal Correctionnel de Bastia le 1er juin 2011 sur la conformité de l'article L.235-1 du Code de la Route (réprimant la conduite après usage de stupéfiants) avec l'article 8 de la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen.

La cour de cassation qui avait pourtant interprété en 2008 cet article comme devant être la répression de toute conduite après usage de stupéfiants, peu important si le prévenu était au moment des faits sous l'influence ou non d'une quelconque drogue, devra donc décider si cette question présente un caractère suffisamment sérieux pour être transmise au Conseil Constitutionnel.

Tout le débat se situe en effet sur la question du taux minimal d'imprégnation aux produits stupéfiants à compter duquel un automobiliste peut être pénalement responsable pour avoir conduit son véhicule après en avoir fait usage.

Alors que l'article L.234-1 du Code de la Route, relatif à l'infraction de conduite sous l'empire d'un état alcoolique, définit clairement les taux à compter desquels l'usager peut être poursuivi pénalement (0,25mg/l d'air pour les contraventions et 0,40mg/l d'air pour les délits), tel n'est pas le cas de son pendant attaché à la conduite après usage de stupéfiants.

De fait, alors que l'article L.235-1 du Code de la Route se situait jusqu'en 2007 dans un chapitre intitulé "conduite sous l'influence de substances ou plantes classées comme stupéfiants", l'intitulé de ce chapitre fut modifié par la loi du 5 mars 2007 désormais intitulé: "conduite après usage de substances ou plantes classées comme stupéfiants". Ce changement majeur de l'esprit de la loi, qui se doit à notre sens de poursuivre uniquement la conduite sous l'influence de produits stupéfiants, a entraîné de nombreuses condamnations d'usagers qui avaient consommé quelques jours auparavant et n'étaient pourtant plus sous l'influence de ces produits.

L'article 11 de l'arrêté du 5 septembre 2001 (modifié par l'arrêté du 24 juillet 2008) prévoit pourtant un seuil minimal en dessous duquel les détections ne doivent pas être considérées comme positives:

"1. S'agissant des cannabiniques :

- 9 tétrahydrocannabinol (THC) : 1 ng / ml de sang

2. S'agissant des amphétaminiques :

- amphétamines : 50 ng / ml de sang.

3. S'agissant des cocaïniques :

- cocaïne : 50 ng / ml de sang.

4. S'agissant des opiacés :

- morphine : 20 ng / ml de sang."

Pourtant, la pratique montre que les usagers détectés avec un seuil inférieur aux taux prévus par cet arrêté demeurent poursuivis et condamnés lorsque ce point de droit n'est pas soulevé devant le Tribunal.

La transmission de cette Question Prioritaire de Constitutionnalité est donc à notre sens une nécessité, que la Cour de Cassation devra avoir le courage de transmettre au Conseil Constitutionnel malgré sa jurisprudence constante depuis 2008.

 EN SAVOIR +: STUPÉFIANTS ET SANCTIONS

NOUS INTERVENONS DANS TOUTE LA FRANCE Notre cabinet à Paris:42 Rue de Lübeck, 75116 Paris 01 47 04 25 40 // Notre cabinet au Havre: 1, rue Joseph Morlent 76600 Le Havre - 02 35 45 31 06

Partager Twitter Plus

Articles liés

Radars Parifex : des pv à la clé, une arme de contravention massive !

Les Radars nouvelle génération commercialisés par la société PARIFEX viennent tout juste d’obtenir le droit d’être installés aux abords des routes françaises. Cela...

Stationnement payant : une petite astuce pour contester vos amendes

Le stationnement payant est une réalité à laquelle l’usager ne peut plus échapper, que ce soit en grande agglomération ou même dans un village. Le concept est...

Création de la base « ARES »

L’arrêté du 20 février 2012 autorise la création d’un traitement automatisé de données à caractère personnel concernant les contestations d’infractions. Ce texte...

Le référé suspension contre la décision 48SI

TEXTES DE RÉFÉRENCE Code de justice administrative : R 522-1 à R522-14 ; L521-1 à L521-4 MOTS-CLÉS avocat permis , référé suspension , 48SI , permis de...

La procédure relative à la contestation de l’amende forfaitaire déclarée conforme à la Constitution

Le Conseil Constitutionnel a été saisi le 9 juillet 2010 par le Conseil d’Etat d’une question prioritaire de constitutionnalité portant sur la conformité aux droits et...

Le cabinet Gueguen-Carroll

Vous informe et vous conseille 

Vous assiste devant les tribunaux 

Reste disponible et à votre écoute 

Intervient dans toute la France 

Vous offre des facilités de paiement


Contactez un avocat - Facebook - YouTube - Google+

Intervention dans toute la France